LA FUREUR DE VIVRE

Publié le par tangi

Hommage en quelques scènes d'anthologie à la figure incontournable de la contre-culture US qu'était Dennis Hopper.

Acteur rebelle, réalisateur culte du mouvement hippy, photographe éclairé sur son temps, collectionneur d'art érudit, Hopper l'incontrôlable, l'insaisissable était tout cela à la fois. Un artiste de son époque. De toutes les époques qu'il aura traversées.

Si récemment il était apparu en papy tranquille, joueur de golf courbé par la vieillesse, il n'avait cependant rien perdu de son mordant, de sa curiosité. En témoignait son regard, toujours espiègle; seule la sagesse s'était invitée; la sagesse de ceux qui en sont revenus et le savent... Car il en revenait de loin, justement, des années d'excès à se brûler les ailes. Alcool, drogues, trips en tout genre, au fil du temps, de la survie, la folie, Hopper a construit son mythe.

De ses débuts aux côtés de James Dean au sadique déjanté de Blue Velvet en passant par le photographe halluciné d'Apocalypse Now, c'est surtout sur sa moto dans Easy Rider, qu'il aura éternellement gravé son image.

 

Dans cette scène de Blue Velvet les deux acteurs se rencontraient et jouaient pour la première fois ensemble. À noter qu'elle ne portait pas de culotte...

 

Ingérable car défoncé dans Apocalypse Now

 

 

 

Aux côtés de Peter Fonda et Jack Nicholson


 

Publié dans Les Ecorchés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article